Le majordome de la princesse Diana fait une confession sincère sur le mariage de Harry avec Meghan

En tant qu’ancien majordome de la princesse Diana, Paul Burrell sait ce qui se passe dans l’intimité des quartiers royaux. Et depuis la mort de sa patronne bien-aimée, il a révélé bien plus que quelques simples secrets sur Diana et sa vie privée – sans doute au grand dam de ses proches. Puis, en 2020, Burrell a tourné son attention vers le fils de la défunte princesse, Harry. Et il s’est avéré qu’il avait aussi une confession à faire sur le mariage du duc de Sussex avec Meghan.

Le lien de Burrell avec la famille royale remonte à des décennies. À la suite d’un voyage au palais historique de Buckingham dans sa jeunesse, l’Anglais avait développé un intérêt réel et soutenu pour la monarchie britannique. Avec le temps, cela devait le conduire à un poste très prestigieux : valet de pied de la reine Elizabeth II.

C’est toutefois la deuxième position de Burrell au sein de la famille royale qui en a fait un nom familier. Jusqu’à la mort prématurée de Diana en 1997, il a été employé pendant une décennie en tant que majordome de la princesse – un rôle qui, selon lui, le rendait proche de sa patronne. En fait, Burrell se serait qualifié de « seul homme [en qui Diana] ait jamais eu confiance ». 

ADVERTISEMENT

Mais depuis qu’il a été relevé de ses fonctions, Burrell est devenu une figure controversée à part entière – et a souvent fait les gros titres des tabloïds. Par exemple, en 2001, son domicile dans le comté anglais de Cheshire a été fouillé par la police à la suite d’allégations de vol. Plus précisément, on affirmait alors que Burrell avait volé divers objets ayant appartenu à Diana ou à ses deux fils. Dans un renversement de situation rocambolesque, cependant, la reine est venue à la rescousse de l’ancien majordome.

 

ADVERTISEMENT

Alors que Burrell était initialement accusé de vol, son procès s’est effondré de façon sensationnelle lorsque nulle autre que la reine a pris sa défense. Apparemment, elle avait donné à son ancien employé la permission de stocker les 310 articles en question. Et à la suite de cette intervention, toutes les poursuites judiciaires contre Burrell ont été abandonnées. 

Mais l’affaire judiciaire susmentionnée n’était pas la dernière fois que la conduite de Burrell allait être remise en question. Au cours d’une enquête sur la mort de Diana en 2008, l’ancien membre de la maison royale a ainsi été accusé d’avoir dupliqué clandestinement une correspondance entre la princesse et d’autres personnes. Burrell a fait valoir, cependant, qu’il l’avait fait en raison de « l’importance historique » des documents. 

ADVERTISEMENT

 

ADVERTISEMENT

Ensuite, la vie privée de Burrell a également fait l’objet de toutes les attentions. Par exemple, en 2016, il a été révélé que lui et sa femme Maria s’étaient séparés après 32 ans de mariage. Puis, un an plus tard, l’ex-majordome se remariait avec son compagnon, Graham Cooper. Selon un initié, Burrell avait par le passé confié à Diana qu’il était gay. 

Cependant, en janvier 2020, Burrell a nié cette affirmation lors d’une conversation avec le magazine OK!. « Diana et moi n’avons jamais discuté trop longuement de ma sexualité, mais c’était une chose connue entre nous », a-t-il dit, ajoutant : « Avouons-le : j’ai fait de superbes compositions florales, choisi ses tenues et lui ai donné des conseils. Tous les indices pointaient dans cette direction, et elle était une femme intelligente. » 

ADVERTISEMENT

Et il est aussi vrai que Burrell a cherché à attirer l’attention sur lui – notamment en écrivant plusieurs livres sur ses expériences avec la famille royale, et Diana en particulier. Il est également devenu un habitué de la télé-réalité, apparaissant dans des émissions telles que Big Brother et I’m a Celebrity… Get Me Out of Here! ainsi qu’en servant de juge pour Australian Princess .

ADVERTISEMENT

Puis, en 2018, Burrell a pu à nouveau capitaliser sur ses expériences royales lorsque, dans les jours qui ont précédé les noces de Harry et Meghan, il a été nommé correspondant royal pour l’émission matinale britannique Lorraine. Apparemment, son lien préexistant avec la mère du marié a contribué à lui faire décrocher ce poste. 

ADVERTISEMENT

Et Burrell n’a dès lors pratiquement pas cessé de donner son avis sur le duc et la duchesse de Sussex. Dans une interview pour le documentaire britannique de 2019, Kate v Meghan: Princesses at War?, l’ancien assistant royal y décrit la star de Suits comme une « femme forte et indépendante ». Pourtant, il avait encore des doutes quant à savoir si quelqu’un d’un milieu aussi humble serait capable de s’adapter à un nouvel environnement si somptueux. 

ADVERTISEMENT

« Meghan s’est mariée dans la famille la plus traditionnelle du pays : la famille royale », y explique Burrell. Il commence ensuite à établir des comparaisons avec la femme qu’il a servie pendant toute une décennie, ajoutant : « Comment va-t-elle faire face à ça ? La princesse Diana a été élevée dans une maison aussi grande que le palais de Buckingham, et même elle a été perdue. » 

ADVERTISEMENT

Burrell y suggère également que Meghan allait se retrouver en difficulté si elle ne se conformait pas au protocole royal, et il déclare : « Le palais de Buckingham est un champ de mines pour toute personne qui s’y rend pour la première fois. Les gens lui ont tendu des pièges, [et] ils n’étaient pas très gentils avec cette jeune fille qui arrivait dans ce monde. Qui voudrait faire partie de cette famille ? » 

ADVERTISEMENT

Mais pour aider Meghan à faire face à toutes les épreuves et les contraintes inhérentes au fait de faire partie de la famille royale, Burrell offre aussi quelques conseils. Il lui recommande de faire connaissance avec le membre de la famille qui compte apparemment le plus : la grand-mère de Harry, la reine. Le confident présumé de Diana conseille également à Meghan de rester aussi proche que possible de son nouveau mari.

ADVERTISEMENT

Et Burrell a continué à commenter le couple royal depuis lors. Lors d’une édition de mai 2019 de Good Morning Britain, par exemple, il a été invité à donner son avis sur la naissance d’Archie, le fils de Harry et Meghan. Puis, tout en répondant à une question sur la façon dont Diana aurait reçu son quatrième petit-enfant, il a répondu : « Elle serait dans son élément, n’est-ce pas ? [La mère de Meghan] Doria n’aurait rien eu à redire. Elle aurait été ravie. »

ADVERTISEMENT

Burrell a également été invité sur le plateau de Good Morning Britain en octobre 2019 après la première télévisée britannique de Harry and Meghan: An African Journey. Dans le documentaire, le duc de Sussex révèle pourquoi il ressent le besoin d’être si protecteur envers sa famille, expliquant : « Ma mère m’a clairement appris un certain nombre de valeurs que j’essaierai toujours de défendre – malgré le rôle et le travail que cela implique parfois, si vous voyez ce que je veux dire. »

ADVERTISEMENT

Harry poursuit : « Tout ce que [Diana] a traversé et ce qui lui est arrivé était incroyablement dur chaque jour. Et ce n’est pas moi qui suis paranoïaque ; c’est juste que je ne veux pas que le passé se répète. Et si quelqu’un d’autre savait ce que je savais – que ce soit un père, que ce soit un mari, que ce soit n’importe qui – il ferait probablement exactement ce que je fais aussi. » 

ADVERTISEMENT

 

Burrell a répondu au documentaire en disant aux animateurs de Good Morning Britain : « Je connaissais [Harry], il était dévasté et marcher derrière le cercueil de sa mère devant le monde entier était tout simplement affreux. Et cela a eu un impact incroyable sur lui. Il a le sentiment que les médias ont traqué [Diana] jusqu’à sa mort. » 

ADVERTISEMENT

Étant donné la volonté de Burrell de faire de telles déclarations provocantes, il n’est peut-être pas surprenant qu’il ait été invité à nouveau à Good Morning Britain en janvier 2020. Ce mois-là, Harry et Meghan avaient fameusement révélé qu’ils renonceraient à leurs fonctions en tant que membres de la famille royale. Et après que l’ancien majordome se fut exprimé sur le drame, il a une fois de plus établi des parallèles entre Meghan et Diana.

ADVERTISEMENT

Tout d’abord, Burrell a affirmé que sa défunte patronne aurait donné sa bénédiction au couple quant à leur décision controversée. Il a déclaré aux téléspectateurs : « Alors que je regardais cela se passer depuis chez moi, en Amérique, j’ai pensé à [Diana]. Elle aurait donné des conseils aux garçons et leur aurait dit : « Marriez-vous par amour », ce qu’ils ont fait, « Soyez respectueux et gentil avec vos femmes », ce qu’ils sont tous les deux, mais [aussi] « Soyez heureux ».

ADVERTISEMENT

 

ADVERTISEMENT

S’exprimant depuis sa maison en Floride, Burrell a ensuite ajouté : « Diana n’était pas [heureuse], et clairement Meghan et Harry ne le sont pas [non plus] dans l’environnement dans lequel ils se trouvent – étouffés par la famille royale. Diana a trouvé cela impossible d’épouser toute la famille. » Il a également affirmé que Diana et la duchesse de Sussex n’avaient pas peur de couper les liens avec les autres si nécessaire. 

 

Et Burrell a poursuivi en suggérant que Diana avait également eu l’ambition de fuir son pays natal. L’ancien assistant royal a ainsi déclaré : « Elle avait disposé des plans sur le sol de son salon pour acheter une maison à Malibu lorsqu’elle est partie en Méditerranée. Elle allait acheter cette propriété, alors est-il surprenant que Harry suive les rêves de sa femme et marche [sur] les traces de sa mère ?

ADVERTISEMENT

Pourtant, Burrell garde une certaine sympathie pour une autre de ses anciens employeurs. Il a dit : « Je suis très désolé pour la reine, bien sûr… 93 ans. Notre monarque a beaucoup souffert au fil des ans et a vu beaucoup de choses arriver à sa famille ; elle a su évoluer avec le temps »

ADVERTISEMENT

Burrell a également exprimé son inquiétude concernant la relation du prince avec son frère aîné, ajoutant : « Je suis désolé pour William et Harry, car ils n’ont plus le lien qu’ils avaient autrefois. De toute évidence, lorsque leur mère est décédée, ils étaient comme cimentés ensemble et inséparables. Je suis désolé pour cela, et leur mère aussi serait triste. »

ADVERTISEMENT

Mais lorsque l’hôte de Good Morning Britain, Piers Morgan, a remis en question l’éthique de Harry et Meghan, Burrell a pris le parti de la duchesse. Il a répliqué : « Il est très difficile pour le monde extérieur de comprendre ce que c’est que de vivre dans un palais. Vous n’épousez pas qu’une seule personne ; vous épousez toute la famille. [Meghan] n’avait aucune idée de ce dans quoi elle s’embarquait ; personne ne peut. »

ADVERTISEMENT

Burrell s’est ensuite référé à une note qu’il prétendait avoir reçue de Diana, disant : « J’ai vu récemment une lettre que [la princesse] m’a écrite. Elle m’a écrit à propos de son avenir et elle a dit : “J’irais de l’avant, je vivrais, je rirais et aimerais”. Et je pense que ce sont des mots poignants à envoyer à Harry et Meghan. »

ADVERTISEMENT

Alors, de l’avis de Burrell, Diana aurait-elle approuvé l’union de son plus jeune fils avec l’actrice de Suits ? Eh bien, lors d’une conversation d’avril 2020 avec CheshireLive, l’ancien majordome le suggérait effectivement, en disant : « La princesse Diana aurait voulu que ses fils soient heureux et les aurait soutenus sans condition. »

ADVERTISEMENT

Et Burrell de poursuivre : « [Harry] étant sixième dans l’ordre d’accession au trône, il est peu probable qu’il devienne roi. Pourquoi ne pas leur laisser [à lui et à Meghan] une vie heureuse ? Et avec l’approbation de la reine, il n’y a aucune raison pour laquelle ils ne devraient pas réaliser leurs rêves et être totalement indépendants. »

ADVERTISEMENT

Dans une interview avec Closer le mois suivant, Burrell a même suggéré que la femme de Harry et sa défunte mère avaient des choses en commun. Il y dit : « Harry est parti et a épousé Meghan parce qu’elle est comme Diana. Les deux [sont] des femmes qui défendraient toujours ce en quoi elles croient et qui ne seraient pas faciles à persuader. » Néanmoins, Burrell a affirmé que les similitudes entre Meghan et Diana auraient pu causer des frictions si la princesse était toujours en vie.

ADVERTISEMENT

 

« Je pense que, peut-être, [Diana et Meghan] se seraient querellées », a supposé Burrell. « J’imagine que cela aurait été deux femmes fortes et indépendantes avec des points de vue différents sur les choses. Cela aurait été une bataille entre la façon de voir de Meghan et celle de Diana. » Il a admis, cependant, que les deux diffèrent de plusieurs manières.

ADVERTISEMENT

Burrell a concédé : « Je pense que la principale différence entre elles est que Meghan a un plan, alors que Diana était jeune et naïve. » Et bien que la princesse semble avoir utilisé les médias à son avantage au cours de sa vie, son ex-employé a laissé entendre que ce n’était pas pour les mêmes raisons que sa future belle-fille.

ADVERTISEMENT

« Diana a publié un livre avec Andrew Morton et a courtisé la presse au fil des ans parce qu’elle n’avait pas de voix », a expliqué Burrell. « Et sa détermination signifiait [qu’elle] se souciait d’elle, et elle estimait que les gens du pays avaient le droit de savoir ce qui s’était passé à huis clos. On pourrait dire que Meghan le fait aussi – mais je pense qu’elle envisage davantage ses relations avec la presse comme un moyen de faire avancer sa carrière. »

ADVERTISEMENT

 

ADVERTISEMENT

En effet, Burrell semble croire que la duchesse de Sussex est beaucoup plus à l’aise avec son image publique que ne l’avait été sa défunte belle-mère. Il a ajouté : « Dans les années à venir, nous verrons [Meghan] sur des tapis rouges, avec des amis de premier ordre [et] dans des films, peut-être. Diana n’était pas comme ça ; elle n’était pas intéressée par l’auto-promotion. »

 

Et c’est justement la relation de Meghan avec la presse qui semble être une préoccupation particulière pour Burrell. En parlant à CheshireLive, par exemple, l’ex-majordome de la famille royale a déclaré que la duchesse et son mari devraient éviter de parler de harcèlement. Il a ajouté : « Ils doivent accepter d’être photographiés par les paparazzi. Ils ne peuvent pas avoir une vie entièrement privée. »

ADVERTISEMENT

Burrell avait même déjà fait part de sa désapprobation à l’égard de l’amour présumé de Meghan pour les feux de la rampe dans un article de 2019 pour The Sun. il y écrit : « Les frontières commencent à se brouiller entre la célébrité et la royauté. Il y a pourtant une ligne claire entre les deux et Meghan ne connaît pas la différence. La reine a toujours dit : “Nous ne sommes pas des célébrités. Être royal est quelque chose de très différent.” »

ADVERTISEMENT

 

« [Meghan] peut dire qu’elle n’a pas à suivre la ligne, mais elle a un titre royal maintenant, et vous devez beaucoup sacrifier pour être membre de la famille royale », a poursuivi Burrell. « Elle ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Je pense que nous attendons tous avec impatience de voir comment va se dérouler la suite. C’est une vraie tornade qui traverse la famille royale. »

ADVERTISEMENT

Contrairement à une grande partie de la presse, cependant, Burrell refuse de croire que la duchesse de Sussex tire toutes les ficelles dans sa relation. Pendant la conversation avec OK!, il a au contraire affirmé : « Meghan est une femme indépendante qui a sa volonté propre. On dirait qu’elle manipule Harry, mais ce n’est pas le cas ! Je ne doute pas qu’ils discutent de tout et qu’ils auront un autre bébé très bientôt. »

ADVERTISEMENT

 

Burrell allait à nouveau apparaitre dans la presse en mai de cette année-là, en dévoilant ce qu’il prétendait être une lettre inédite de la princesse Diana. Dans la correspondance – apparemment écrite en 1992 – celle-ci commente une visite au couvent de Mère Teresa à Calcutta. Et bien que la princesse n’ait pas pu rencontrer la sainte elle-même, Diana pensait cependant que le voyage avait été extrêmement bénéfique.

ADVERTISEMENT

Dans la note manuscrite présentée par Burrell, Diana révèle : « Aujourd’hui, quelque chose de vraiment profond a touché ma vie. Je suis allé chez Mère Teresa et j’ai trouvé la direction que je cherchais depuis toutes ces années. Les sœurs ont chanté à mon arrivée – une expérience profondément spirituelle – et mon esprit s’est élevé très haut. »

ADVERTISEMENT

Alors, qu’est-ce que Burrell fait de nos jours, maintenant qu’il ne fréquente plus les cercles royaux ? Eh bien, en 2019, il a fermé l’entreprise de fleuristerie qu’il possédait depuis près de 18 ans afin de voyager avec son mari, Cooper. Et à propos du voyage prévu, il a déclaré au Daily Mail : « Je veux emmener [Cooper] dans des endroits où j’ai été avec la reine et la princesse et dire “Je me souviens avoir marché à cet endroit avec la reine, sur la Grande Muraille de Chine.” »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT