Un ado coupe ses dreadlocks après neuf ans et le résultat laisse sa mère en pleurs

Au cours des neuf dernières années, Jordan Reynolds portait des dreadlocks. En fait, il avait cette coiffure depuis qu’il était enfant. Puis, un jour, l’adolescent a pris une décision capitale : il allait couper ses dreads et s’offrir une toute nouvelle coupe de cheveux. Son père a alors accepté de lui prêter main-forte. Mais quand la mère de Jordan est rentrée à la maison, elle a fondu en larmes en voyant ce que les cheveux de son fils cachaient depuis toutes ces années.

La scène a également été capturée en vidéo après que le père de Jordan – qui se trouve par ailleurs être un YouTuber du nom de Maxbeatbox – eut filmé l’ensemble du processus. Maxbeatbox a ensuite posté la vidéo sur sa chaîne en février 2016. Et, au milieu de la vidéo, on peut voir la mère de Jordan, Melanie, arriver à la maison pour découvrir son enfant tout fraichement tondu.

Il est difficile de savoir si Melanie savait que Jordan voulait se couper les cheveux. Mais rien n’aurait pu la préparer à ce qu’elle a découvert au moment où elle a franchi la porte ce jour-là, et est tombée nez à nez avec ce que les dreads de son fils cachaient depuis toutes ces années. Et ce sont maintenant plus de huit millions et demi de personnes qui ont également assisté à la réaction de Melanie.

ADVERTISEMENT

La vidéo en elle-même a été mise en ligne sur YouTube par Maximillian Reynolds – ou simplement Max pour sa famille et ses amis. C’est un musicien professionnel qui produit des compositions pour le cinéma, la télévision et la publicité, ainsi qu’à des visées commerciales. Selon le site Web de Max, les morceaux qu’il crée contiennent « des basses et des accords riches ».

Mais dans nombre de vidéos que Max a mises en ligne sur YouTube, il fait en fait preuve d’un talent impressionnant pour le beatboxing. Pour ceux qui ne le sauraient pas, le beatboxing est une pratique qui est depuis longtemps associée à la culture hip-hop. Elle consiste plus précisément en la vocalisation des sons d’une boîte à rythmes en utilisant uniquement les mouvements de la bouche, de la langue et des lèvres.

ADVERTISEMENT

Certains d’entre vous sont peut-être d’ores et déjà familiers avec le talent de Max après qu’une vidéo de lui est devenue virale en 2009. En effet, il a accédé à une sorte de célébrité sur Internet en tant qu’agent de bord adepte du beatboxing, lorsqu’il a expliqué les traditionnelles consignes de sécurité aux passagers de Southwest Airlines dans un style qui lui est propre. Puis, cinq ans plus tard, Max a improvisé un duo avec un passager, le violoncelliste Francisco Vila, lors d’un autre voyage en avion.

ADVERTISEMENT

Max encourage également la créativité de ses enfants : le fils aîné Josiah, Jordan, le cadet, et sa fille Eliana. Et ses encouragements, ainsi que ceux de sa femme Melanie, sont sans doute pour beaucoup dans le fait que les trois enfants ont une idée claire de ce qu’ils veulent faire dans la vie. En fait, Josiah a montré dès le plus jeune âge des penchants artistiques.

ADVERTISEMENT

« [Josiah] n’a jamais joué avec des jouets, mais il fabriquait au contraire toujours ses propres jeux lui-même, même à l’âge de deux ans », a expliqué Max à l’établissement éducatif Envision en mars 2019. Un enseignant de l’école de Josiah avait apparemment remarqué les compétences du petit garçon. Et Max de poursuivre : « [Le professeur a dit [que] ce n’était pas seulement de l’ingénierie, c’était de l’art. Et les figurines de mon fils ont d’ailleurs été présentées dans une galerie d’art. »

ADVERTISEMENT

Cependant, les trois enfants Reynolds ont bénéficié de la participation de leur père au jeu télévisé Deal or No Deal en 2019. Et bien que Max n’ait pas tout à fait remporté le premier prix de 1 million de dollars, il a tout de même encaissé 211 000 $, et c’est toute la famille qui a été surprise de recevoir en outre un cadeau incroyable de l’émission télévisée !

ADVERTISEMENT

Il faut savoir que c’était le rêve de Jordan de rejoindre le programme Envision Experience, et les producteurs de Deal or No Deal venaient de réaliser ce rêve. Max devait se rappeler plus tard : « Je me souviens du jour où Jordan a regardé son carton d’invitation. Vous savez comment vous pouvez recevoir quelque chose par la poste, le regarder, puis l’oublier parce que vous n’avez pas assez d’argent ? C’est ce que j’ai fait. »

ADVERTISEMENT

Envision est une organisation qui offre une éducation par l’expérience pratique. En particulier, elle donne aux enfants la possibilité de découvrir où ils désirent s’orienter, dans des domaines aussi variés que l’ingénierie, la médecine, le droit et les affaires à travers divers programmes qui peuvent être suivis en plus d’une éducation plus traditionnelle. Cependant, ces cours ont un prix, et ce coût était quelque chose que la famille Reynolds pouvait difficilement se permettre.

ADVERTISEMENT

C’est sans doute à cause de ce coût prohibitif que Max a repoussé l’idée du cours dans un coin de sa tête. Jordan, en revanche, n’avait jamais abandonné son rêve de suivre le programme d’Ingénierie d’Envision. Aussi, lorsque les trois enfants se sont vus offrir une inscription à Envision lors du passage de leur père à Deal or No Deal, ils en sont restés ébahis.

ADVERTISEMENT

Eh oui, Jordan venait de recevoir un accès à ce même cours d’Ingénierie du National Youth Leadership Forum qui lui tenait tant à cœur ! Josiah, quant à lui, recevait une place au International Scholar Laureate Program d’Envision en Chine, et Eliana une invitation à l’Envision Game & Technology Academy.

ADVERTISEMENT

Naturellement, Max est incroyablement fier de ses enfants et il a expliqué à Envision : « J’ai eu la chance d’avoir trois enfants qui savent ce qu’ils veulent faire quand ils seront grands. » Même ainsi, il semble que Max n’ait jamais laissé son désir que ses enfants excellent dans la vie prendre le pas sur la joie qu’il prend à s’amuser avec eux.

ADVERTISEMENT

En fait, l’approche parentale adoptée par Max et Melanie apparait très moderne, puisque le soutien qu’ils apportent à la carrière souhaitée par leurs enfants s’accompagne d’un encouragement constant à la liberté d’expression. Et quand Jordan a décidé qu’il voulait s’exprimer à travers ses cheveux, ses parents ne s’y sont pas opposés.

ADVERTISEMENT

Plus particulièrement, quand Jordan était jeune, il voulait avoir des dreadlocks. Bien que certaines personnes pensent que les dreadlocks sont généralement sales, c’est en fait plutôt le contraire qui est vrai, car elles nécessitent qu’on en prenne soin de manière régulière. Enfin, bien plus qu’une simple coiffure, les dreadlocks représentent tout un héritage.

ADVERTISEMENT

Il existe en effet des preuves que les dreadlocks étaient arborées il y a environ 3600 ans. Des peintures murales représentant les Minoens – un peuple qui a vécu à l’âge du bronze – les montrent portant leurs cheveux en longues tresses semblables à des cordes. Des restes momifiés d’anciens Egyptiens qui portaient des postiches rappelant des dreadlocks ont également été découverts lors de fouilles archéologiques.

ADVERTISEMENT

Pourtant, bien que l’on attribue généralement l’origine des dreadlocks à la Méditerranée et au Moyen-Orient, des preuves plus récentes de ce style capillaire ont également été trouvées en Amérique centrale. Ainsi, la littérature de l’ère aztèque précolombienne – dont les livres, ou codex, datent des XVème, XVIème et XVIIème siècles – décrit les prêtres comme portant leurs cheveux en dreadlocks.

ADVERTISEMENT

Il existe également de nombreux exemples actuels de dreadlocks. Le style est ainsi populaire, par exemple, parmi les guerriers Masaï, qui portent des dreads minces et colorées en rouge. Ensuite, bien sûr, les dreads ont une signification culturelle pour certaines personnes – notamment les Rastafariens, qui ont se sont inspirés de l’apparence du peuple Akan du Ghana.

ADVERTISEMENT

Dans le mouvement Rastafarien, les dreadlocks représentent le Lion de Juda – parfois considéré comme représentant l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié, qui est une figure centrale de cette religion. Et la coiffure est emblématique de la connexion de son porteur avec les idées et principes du mouvement. De plus, il est probable que l’adoption des dreads par le mouvement Rastafarien les a de fait popularisées auprès d’un public encore plus large.

ADVERTISEMENT

C’est en grande partie dû à Bob Marley, qui a joué un grand rôle dans la prise de conscience croissante du rastafarisme dans les années 1970. Et puisque l’idéologie Rasta est couramment évoquée dans la musique reggae, la connaissance du mouvement par le grand public n’a fait que s’accroitre après que le reggae – et, en particulier, les chansons de Bob Marley – eurent obtenu une reconnaissance mondiale. De nos jours, les dreadlocks sont quasiment synonymes du rastafarisme lui-même.

ADVERTISEMENT

Pour certains, cependant, les dreadlocks ne sont rien de plus qu’un moyen facile de se coiffer. En effet, une fois que les cheveux sont portés en dreads, il est possible de les garder ainsi pendant des mois, voire des années. Et s’il est primordial de faire en sorte que les dreads soient toujours propres, elles sont par ailleurs faciles à entretenir.

ADVERTISEMENT

En fait, si vous souhaitez porter des dreadlocks, il est préférable de commencer avec des cheveux fraîchement lavés. Évitez toutefois d’utiliser des revitalisants ou des sérums sur vos cheveux, car ils pourraient les rendre trop souples pour fabriquer les dreads. Au contraire, faites mousser vos cheveux avec un shampooing purifiant, car cela devrait les débarrasser de toute huile et donc créer une texture plus adaptée à la création des dreadlocks.

ADVERTISEMENT

Ensuite, l’étape suivante consiste à diviser les cheveux en sections uniformes mesurant chacune environ deux ou trois centimètres de largeur. Après cela, attachez chaque section avec un élastique afin de la garder séparée du reste. Ces mèches formeront la base des dreadlocks – donc plus les sections sont petites, plus les locks seront fines. En fin de compte, leur épaisseur dépend entièrement de vos goûts personnels.

ADVERTISEMENT

Chaque mèche doit également être crêpée près des racines à l’aide d’un peigne ou d’une brosse métallique spécialement conçus. Prenez le temps de vous assurer que chaque section est belle et uniforme, en commençant à environ deux ou trois centimètres de la base de la tête. Ensuite, assurez-vous que la section des cheveux est bien serrée avant de descendre plus bas. Si vous avez des cheveux généralement assez lisses, fixez chaque section avec un élastique afin de maintenir les dreadlocks en place.

ADVERTISEMENT

Ensuite, chacune des dreadlocks doit être cirée avec un produit ne contenant pas de pétrole afin d’éviter toute formation de dépôts. En utilisant tout juste une petite quantité de cire, commencez à former une dread entre les paumes de vos mains et manipulez-la avec vos doigts. Cela vous permettra par ailleurs de maintenir les dreads que vous créez en place, vous autorisant ensuite à retirer les élastiques.

ADVERTISEMENT

Cette étape figure dans une autre vidéo mettant en vedette Jordan, publiée par Max en février 2019. Mais s’il est assez normal que les adolescents changent de look de temps en temps, Jordan avait quant à lui conservé le même style, gardant ses dreads pendant des années.

ADVERTISEMENT

Max semble également encourager activement ses enfants et leurs choix de style capillaire. En septembre 2014, il avait ainsi publié une photo de Josiah, Jordan et Eliana sur Facebook avec la légende suivante : « Je suis vraiment fier que mes enfants représentent le spectre complet des styles de cheveux ethniques. » Et à ce stade, les dreadlocks de Jordan étaient déjà assez longues.

ADVERTISEMENT

Cependant, alors que Jordan était sur le point d’avoir 14 ans, il a estimé qu’il était temps de changer. Et oui, cela signifiait couper les dreads qu’il avait passé tant d’années à entretenir – depuis qu’il était enfant en fait. Ainsi, Melanie n’avait plus vu son fils sans dreadlocks depuis environ l’âge de cinq ans.

ADVERTISEMENT

Et donc, un jour, Max s’est mis à couper les dreadlocks de Jordan, qu’il portait depuis neuf ans. Dans une vidéo publiée en février 2016 sur la chaîne YouTube du musicien, on peut voir l’adolescent patiemment assis à la table de la cuisine des Reynolds. Il est torse nu, ses longues locks descendant en cascade sur ses épaules nues et un air déterminé sur le visage.

ADVERTISEMENT

Ensuite, en images accélérées, l’on voit Max entreprendre de couper méticuleusement les dreadlocks de son fils, une par une. Mais, bien que se contenter de couper les dreads est bien évidemment une option, il est possible de suivre une autre méthode si vous ne voulez pas vous retrouver avec une tête rasée ou une coupe pixie !

ADVERTISEMENT

Ainsi, lorsque la coiffeuse en chef du salon de coiffure Las Vegas Globe, Staci Linklater, a pensé que le temps était venu de dire adieu à ses dreadlocks, elle a tout de même voulu garder une certaine longueur de cheveux. Et grâce à ses années d’expérience, elle a pu trouver une méthode pour enlever les locks sans avoir pour autant à se raser la tête.

ADVERTISEMENT

Pour commencer, Staci a procédé à une coupe afin d’améliorer l’état général de ses cheveux. Après tout, même si les dreadlocks ont été bien entretenues, leurs extrémités sont toujours très endommagées, ce qui signifie qu’elles devraient de toute manière être coupées. Et en coupant une petite section au bas des cheveux, l’on gagne non seulement du temps, mais on facilite également le travail ultérieur sur les locks.

ADVERTISEMENT

Puis, en trempant les dreads dans de l’huile et en les gardant humides, Staci a pu démêler les locks de ses cheveux avec un peigne. Cependant, ce processus prenait énormément de temps : chacune de ses 105 dreadlocks prenait jusqu’à 45 minutes pour être complètement démêlée !

ADVERTISEMENT

Au total, il aura donc fallu plus d’une journée pour retirer les dreads, même avec une équipe de coiffeurs professionnels à sa disposition. Et parce que les cheveux de Staci formaient naturellement des nœuds, ils ont également commencé à s’emmêler du jour au lendemain. Un huilage et un tressage supplémentaires étaient donc nécessaires afin qu’elle puisse garder ses cheveux lisses.

ADVERTISEMENT

Après cela, Staci s’est fait un petit plaisir tel qu’elle n’en avait pas connu depuis un bon moment : elle a appliqué différents conditionneurs sur ses cheveux, et leur a donné une nouvelle coupe, qui a laissé sa crinière douce et soyeuse. Et bien que la coiffeuse en chef ait finalement perdu plus de 30cm de longueur de cheveux, ils lui arrivaient néanmoins toujours en dessous des épaules.

ADVERTISEMENT

Jordan, d’un autre côté, ne se souciait guère de garder des cheveux longs, ce qui a permis à son père d’employer une méthode bien plus courante et rapide pour se débarrasser des dreads, à savoir simplement couper chaque dreadlock ! Ensuite, il a suffi à Max de remettre de l’ordre dans la nouvelle coupe de cheveux de son fils à l’aide d’une tondeuse à cheveux. Et bien que la transformation ait peut-être eu un résultat final moins glamour que celui de Staci, l’effet n’en était pas moins à couper le souffle.

ADVERTISEMENT

Melanie n’était apparemment pas prête pour un tel changement. Dans tous les cas, lorsque la mère de Jordan est retournée à la maison familiale de Roseville, en Californie, la caméra s’est tournée vers elle afin de saisir une réaction spontanée au nouveau look de son fils. Et en ouvrant la porte, la vue de son fils tout fraichement tondu a fait s’arrêter net Melanie.

ADVERTISEMENT

Melanie est restée tellement estomaquée par le nouveau look de Jordan qu’elle s’est mise à pleurer. Rien de surprenant quand on sait que cela faisait près d’une décennie qu’elle n’avait pas vu son fils avec les cheveux courts. La mère de famille était si émue que lorsqu’on lui a demandé de commenter la transformation, elle a demandé que la caméra soit éteinte.

ADVERTISEMENT

Le lendemain, Jordan a rendu visite au « coiffeur le plus incroyable de la ville » pour sa première coupe de cheveux professionnelle depuis des années. Mais l’adolescent n’a pas complètement rejeté l’idée de porter des dreads pour autant. En effet, il a depuis recommencé à en porter. Et en février 2019, Max a refermé la boucle en publiant une vidéo dans laquelle il expliquait comment commencer à créer soi-même des dreads.

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT